The Man Who Knew Too Little (L’Homme qui en savait trop peu – 1997)

mercredi 11 avril 2012 à 19:02

The Man Who Knew Too Little n’est pas le point culminant de la carrière de Bill Murray, tout particulièrement à ce stade précis en 1997. Cela dit, j’ai le DVD dans ma collection, une de ces vieilles éditions Warner avec le boitier cartonné tout pourri et une galette double-face avec d’un côté widescreen et de l’autre Pan&Scan. Oui, ça ne nous rajeunit pas.

D’ailleurs, ça fait des lustres que je n’avais pas revu ce film. Ce n’est pas une de mes comédies préférées, mais elle délivre des rires faciles. Enfin, pour ça, il est préférable d’aimer Bill Murray, sinon ce n’est même pas la peine de s’approcher de cette pseudo comédie d’espionnage où tout le monde en fait des tonnes et où le scénario n’est qu’une suite interminable de malentendus absurdes.

Donc, ici, Bill est un crétin d’américain qui vient rendre visite à son frère à Londres. Pour ce débarrassé de lui, le frère en question, joué par Peter Gallagher, l’envoie dans une sorte de jeu de rôle où il va y avoir erreur sur l’identité dès le départ. Bill est alors projeté au milieu d’un coup d’État organisé par les services secrets britanniques et russes pour tenter de ranimer la Guerre Froide, mais il croit qu’il est entouré d’acteurs et que tout ceci n’est là que pour son amusement bien personnel. C’est comme l’anti-The Game (de Fincher).

Bill prend tout à la légère et saisit chaque opportunité pour nous délivrer le type d’humour qu’il maitrise tant. Ça n’ira pas plus loin que ça, ce qui limite rapidement l’intérêt de l’ensemble. Je m’arrête donc là, car j’en ai surement plus écrit que le film ne le mérite.

Réalisateur : Jon Amiel ; Scénaristes : Robert Farrar, Howard Franklin.
Casting : Bill Murray, Peter Gallagher, Joanne Whalley, Alfred Molina, Richard Wilson, Geraldine James, John Standing, Anna Chancellor, Nicholas Woodeson, Simon Chandler, Cliff Parisi, Dexter Fletcher, Eddie Marsan.