The Spiderwick Chronicles / Les Chroniques de Spiderwick (2008)

samedi 02 janvier 2010 à 23:44

Résumé : Après son divorce, une mère et ses trois enfants quittent New York et s’installent dans l’ancienne résidence d’un grand oncle. C’est au grenier que les enfants découvrent un ouvrage qu’il a rédigé: il leur ouvre la porte d’un monde magique dont un ogre est le chef.

Premier film de l’année 2010 pour moi et je rattrape un petit retard. Pour dire, Carole en a parlé en 2008 ! Après The Secret of Moonacre, je me suis senti motivé pour un peu plus de Fantasy. Cette fois, on part dans une histoire de créatures féériques et d’un gros méchant pas beau qui veut les détruire grâce au pouvoir d’un livre.

Le scénario est assez simple et ne prend pas vraiment le temps d’expliquer grand-chose, comme par exemple : pourquoi veut-il tuer tout le monde ? Mais bon, le logo Nickelodeon au départ semble annoncé que le public visé en priorité est quand même assez jeune, ce qui explique surement pourquoi l’accent est vraiment mis sur les gamins qui doivent sauver leur peau et non sur le développement du savoir autour du monde magique qui vit dans la forêt. D’ailleurs, je suis persuadé que j’aurais vraiment adoré si j’avais été bien plus jeune. Là, moins, forcément, car je ne suis pas sensible aux mêmes choses à mon âge (moyennement avancé).

Comprendre qu’il ne faut pas trop se poser de question et faire comme le jeune Jared, voir pour croire (et c’est tout). En parlant de lui, j’avoue que l’acteur, Freddie Highmore, qui joue également Simon (le frère jumeau, forcément), a tendance à m’énerver. Il est donc appréciable de voir rapidement le personnage de la sœur impliquée dans toute l’affaire, Mary-Louise Parker n’étant réellement utilisée qu’en arrière-plan. Film pour enfant oblige.

Bref, le divertissement est quand même là et ce n’est clairement pas désagréable à regarder. Ce qui me gêne avec le genre fantasy pour enfant (il y en a si peu pour adulte), c’est qu’il y a un manque d’ambition dans la narration. Du coup, bien que plaisant, ça ne devient pas mémorable.


Réalisateur: Mark Waters; Scénaristes : Karey Kirkpatrick, David Berenbaum et John Sayles d’après le roman de Tony DiTerlizzi et Holly Black.
Casting : Freddie Highmore, Sarah Bolger, Nick Nolte, Mary-Louise Parker, Joan Plowright, David Strathairn.