Tim Burton’s Sweeney Todd: The Demon Barber of Fleet Street (2007)

mercredi 31 octobre 2012 à 9:45

Je n’avais pas vraiment prévu d’enchainer sur Sweeney Todd, mais étant donné qu’Halloween est là, je me suis dit que ce film serait de circonstance. Il est présenté comme un film d’horreur musical, une combinaison qui, je me dois bien de l’avouer, ne m’enchantait pas au premier abord – c’est d’ailleurs pour cette raison que je ne l’avais jamais regardé auparavant. Ce n’est pas le genre horreur qui me pose problème, mais le musical qui, comme je l’ai déjà dit précédemment, me laisse relativement de marbre et m’ennuie légèrement (sauf quand on parle des Blues Brothers).

Bref, me voilà devant les aventures chantées de Sweeney Todd, le barbier revenu à Londres pour se venger du terrible juge qui lui a retiré sa famille et a ruiné sa vie. Les bases sont classiques, sauf que Sweeney devient un tueur en série aux côtés de Mrs Lovett, sa complice de circonstance qui avait besoin de viande pour ses tourtes et propose donc un arrangement.

Bien que réalisé par Tim Burton dont la touche est une nouvelle fois visible d’un point de vue esthétique, Sweeney Todd est l’adaptation d’un Musical de Broadway du grand Stephen Sondheim. Le scénario, les dialogues et la musique… après ça, il ne reste plus qu’à tout mettre en scène pour adapter la forme au média. Dans ce sens, Burton fait bien son travail, ne donnant pas l’impression que l’on est simplement devant une pièce filmée. Il n’y a que peu de décors, mais il donne une véritable notion d’espace dans la ville, même si cela se fait de temps en temps à l’aide d’effets spéciaux déjà étonnamment datés.

Passé ça, je dois avouer m’être légèrement ennuyé. Les chansons sont par moment étrangement redondantes, ce qui donne la sensation que le film fait du surplace. La narration est relativement linéaire et devient occasionnellement outrageusement didactique à cause justement de la partie musicale. Pour tout dire, pour moi, certains passages chantés se sont véritablement éternisés, ce qui fait que j’ai régulièrement décroché du film, tout particulièrement parce que les personnages sont vraiment trop statiques durant ces périodes, alors qu’on aurait certainement pu les voir plus en mouvement pour faire bon usage du rythme.

Concrètement, j’ai malheureusement rencontré tout ce que je craignais trouver dans un tel film. J’espérais une surprise, même si j’avais été prévenu que le résultat était peu engageant. Tout ceci n’entache cependant pas les prestations de Johnny Depp et Helena Bonham Carter qui tiennent impeccablement la mesure d’un bout à l’autre. Dommage qu’Alan Rickman soit par contre à ce point réduit à l’état d’accessoire scénaristique.

Au final, Sweeney Todd: The Demon Barber of Fleet Street n’est pas une déception, car je savais dès le départ que ça ne serait pas ma tasse de thé. À dire vrai, j’aurais aimé qu’on me donne tort sur celui-là, mais ce ne fut pas le cas et je me suis donc légèrement ennuyé.

Next : Pee-wee’s Big Adventure

Réalisateur : Tim Burton ; Scénariste : John Logan.
Casting : Johnny Depp, Helena Bonham Carter, Alan Rickman, Timothy Spall, Jayne Wisener, Sacha Baron Cohen, Jamie Campbell Bower, Laura Michelle Kelly, Ed Sanders.