Tim Burton’s Dark Shadows (2012)

lundi 03 septembre 2012 à 9:32

On peut toujours compter que Tim Burton pour nous déterrer l’improbable. C’est ainsi qu’il nous fait une adaptation en film de la série TV des années 60, Dark Shadows, un soap fantastique qui aurait pu rester oublié sans ça.

L’histoire se centre ici sur Barnabas Collins, l’héritier d’une puissante famille qui est maudit par une sorcière, la belle Angelique qu’il refuse d’aimer. Il se retrouve dès lors en vampire et condamné pour l’éternité à vivre enterré, enfermé dans un cercueil. Enfin, jusqu’en 1972, car des ouvriers vont le déterrer. Il revient alors à la demeure familiale pour renouer avec ses descendants et remettre sa famille à sa place, au sommet de la gloire. Malheureusement pour les Collins, Angelique guète.

C’est donc une comédie d’horreur avec Johnny Depp qui nous sert un vampire sympathique et complètement déconnecté avec la réalité de l’époque dans laquelle il se trouve. On nous ajoute par-dessus une histoire d’amour ou plus, un fantôme, des pique-assiettes, de la sorcellerie, des hippies et j’en passe. Il y en a simplement trop, mais ça ne surcharge pas le film, puisque rien n’est véritablement développé comme il se doit.

Le plus regrettable dans tout ça est certainement l’histoire d’amour entre Barnabas et Victoria qui est à peine effleurée, ne servant qu’à enflammer Angelique – Eva Green est d’ailleurs en très grande forme. De son côté, la famille Collins est avant tout utilisée pour crédibiliser le décor, mais est sous-employée de manière générale, ce qui est vraiment dommage en ce qui concerne Michelle Pfeiffer. Enfin, le fantôme est surtout un gimmick et les hippies, une bonne blague.

C’est donc Barnabas et Angélique qui font le show, mais pas seulement, car Tim Burton semble s’intéresser en premier lieu à l’esthétique de ses longs métrages depuis quelques années, n’étant clairement pas trop concerné par la superficialité du développement des personnages peuplant les histoires qu’il veut raconter. Ainsi, le film est visuellement superbe. Le réalisateur pose toujours sa caméra de la même façon, mais ça reste accrocheur au vu du résultat, tout particulièrement avec les décors sublimes, les costumes colorés et l’excellente soundtrack.

En combinant tout ça, Dark Shadows parvient à s’en sortir honorablement. Pas nécessairement mémorable, trop enclin à sauter dans les raccourcis et les blagues parfois un peu faciles, il n’en reste pas moins suffisamment divertissant pour ne pas ennuyer. Il y a également quelques idées vraiment sympathiques qui ajoutent un peu de folie à un univers déjà légèrement excentrique pour commencer. Malheureusement, ce n’est pas suffisant pour compenser les trop nombreux problèmes du scénario qui empêchent clairement l’ensemble de décoller et qui mettent en avant à plusieurs reprises le potentiel juste effleuré.

Next : Ed Wood

Réalisateur : Tim Burton ; Scénariste : Seth Grahame-Smith.
Casting : Johnny Depp, Michelle Pfeiffer, Helena Bonham Carter, Eva Green, Jackie Earle Haley, Jonny Lee Miller, Chloe Grace Moretz, Bella Heathcote.