Upstream Color (2013)

mardi 28 mai 2013 à 10:25

Upstream Color (2013)

Neuf ans après le remarquable Primer, Shane Carruth nous revient avec un film une fois de plus empreint d’une complexité indéniable, mais qui adopte une forme différente, plus sensorielle.

Upstream Color nous parle de Kris qui, après une expérience traumatisante dont elle sortira dépouillée de tout ce qu’elle possède, rencontre Jeff, un homme dont la vie fut aussi brisée de la même manière – même s’ils tardent à le réaliser. Ensemble, ils tentent de reprendre une vie normale.

Du moins, c’est de cette façon que je synthétiserais cette histoire qui est relativement difficile à appréhender et à définir au premier abord à cause de son approche allégorique et de sa construction non linéaire. Carruth a modelé son film pour qu’il soit en premier lieu une expérience, sans pour autant s’affranchir d’une structure narrative concrète sans laquelle tout ceci n’aurait finalement été qu’un enchainement de belles images sans aucun sens.

Upstream Color (2013)

Certes, il est indéniable qu’il est nécessaire de regarder Upstream Color avec un esprit bien ouvert, certains passages demanderont d’ailleurs un second visionnage pour paraitre plus clairs, mais derrière cela on trouve un propos tangible. La relation entre Kris et Jeff impose une direction à l’histoire dont la signification se doit par contre d’être interprétée, à défaut d’être clairement exposée.

Dans ce sens, plusieurs critiques auraient apparemment offert leurs explications. Pour ma part, j’aime à croire qu’il est question de se libérer de ses peurs et du carcan étouffant de la société. Kris et Jeff étant des victimes qui restent inconsciemment sous le contrôle d’un individu inconnu qui, pour son propre épanouissement, refuse de les laisser reconquérir leur liberté. Il n’est pas celui qui les a choisis en premier lieu, mais il cultive leur malheur à sa façon et, en faisant de la sorte, il permet à d’autres d’en tirer également un profit – consciemment ou non. C’est un cercle vicieux qui engendre la douleur et, s’ils ne s’étaient pas liés, Kris et Jeff n’auraient jamais eu la force pour parvenir à trouver un sens à ce qui leur avait été enlevé afin de le regagner.

Upstream Color (2013)

Upstream Color (2013)

En tout cas, Upstream Color combine sa musique envoutante et ses sublimes images de manière organique aux interprétations touchantes d’Amy Seimetz et Shane Carruth pour un résultat unique et marquant. Il se vit et se lit ainsi à plusieurs niveaux et nous demande un investissement total pour que l’on puisse digérer tout ce qu’il a à nous montrer et à nous dire.

Après l’avoir vu une fois, voici donc ce que je retire d’Upstream Color, mais je ne peux pas me défaire du sentiment qu’il y a encore plus à voir dans ce film. On pourra en reparler après un ou deux visionnages supplémentaires.

Vous pouvez vous procurer ce film directement à son origine, c’est du 100% indé jusque dans la distribution.

Upstream Color (2013)

Réalisateur & scénariste : Shane Carruth.
Casting : Shane Carruth, Amy Seimetz, Andrew Sensenig, Thiago Martins.