X-Men (2000)

jeudi 25 août 2011 à 23:36

Avant de regarder X-Men : First Class, je me lance donc dans un revisionnage des films X-Men. J’aurais dû m’y prendre plus tôt, mais l’idée m’ayant traversé l’esprit il n’y a pas longtemps, je ne commence que maintenant.

Quoi qu’il en soit, retour en 2000 (ça ne nous rajeunit pas !) avec le premier film réalisé par Bryan Singer. Visuellement, X-Men s’en tire bien, voire même très bien, car les effets visuels, même si certains ne sont pas le plus esthétiques qui soit, traversent bien le temps. De toute façon, la machine de Magneto ne m’a jamais totalement convaincue, il n’y a pas de raison que cela change maintenant.

Le film utilise donc Wolverine, le plus populaire des X-Men, et Rogue, pour nous faire découvrir le monde des mutants. Le sénateur Kelly souhaite faire passer une loi anti-mutants, alors que Magneto se prépare à la guerre. Mieux que cela en fait, il met en place son offensive contre les Homo Sapiens. Il se dresse alors sur sa route Xavier et les X-Men (aka Jean Grey, Cyclope et Storm) pour l’arrêter.

L’histoire est simple, mais son propos concentre l’essence même du comic book et ses thématiques sur la différence, la tolérance, ou bien l’idée de supériorité que cultive Magneto. Avec l’introduction de Magneto jeune au camp de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale, le film fait un petit parallèle historique sur le comportement humain face à la différence. Rien de compliqué, ni de très profond, mais l’ensemble fonctionne. Le divertissement est assuré.

Par contre, avec le temps, je trouve que l’absence de profondeur des personnages devient un véritable obstacle. Pas étonnant alors que Hugh Jackman se soit fait un vrai nom auprès du grand public grâce à Wolverine, en partie au cœur du récit (et il le vaut bien). À côté, Storm est fade, et Halle Berry a des difficultés à délivrer ses lignes de dialogues correctement. Je l’avais de toute façon trouvé vraiment bonne que dans le dernier. L’installation du triangle amoureux entre Jean Grey, Scott, et Logan, est fait de manière très rentre-dedans. Cela sert finalement bien plus l’animosité entre Wolvie et Cyclope, qui fournit des pointes d’humour et qui se montre efficace et cohérente, plutôt que les sentiments de Jean pour celui qu’elle connaît à peine. Il reste Rogue, qu’ Anna Paquin parvient à rendre surtout attachante. Xavier, avec sa position de leader et sa relation avec Magneto, ne déçoit pas, et reste l’un des personnages – si ce n’est le personnage – le mieux écrit du film.

Du côté des vilains, Magneto est le seul qui soit réellement étoffé, les autres n’ont rien et sont simplement là pour les scènes d’action. Mystique se balade à poil (elle est bleue, mais quand même) tout du long. Sa scène de combat avec Wolverine contient des ralentis agaçants qui ne sont là que pour se la jouer. Sabretooth se contente de grogner et de cogner. Par contre, Ray Park en impose pas mal, malgré le fait que Toad ne fait pas plus que ses compères.

Le film déroule donc son histoire à un bon rythme, pimentant de façon régulière avec des scènes d’actions pour éviter tout possible décrochage. Malgré un trop-plein de personnages pas assez travaillés (on peut toujours mettre cela sur le temps imparti, mais il y avait matière à faire mieux avec quelques répliques mieux agencées), X-Men reste un sympathique divertissement et une bonne introduction.

Réalisateur : Bryan Singer ; scénariste : David Hayter
Casting : Patrick Stewart, Hugh Jackman, Ian McKellen, Halle Berry, Famke Janssen, James Marsden, Bruce Davison, Rebecca Romijn-Stamos, Ray Park, Anna Paquin, Shawn Ashmore, David Hayter, Stan Lee, Tom DeSanto